Cadeaux

Mots Cadeaux

10

Les Compagnons aiment s’exprimer…

 

L’Acceptation

 

L’Arcane Tempérance fait son apparition

Souveraine, diplomate et sereine

Du pire et du meilleur, on fait l’intégration

La voix de l’Harmonie  trace un chemin de Reine

 

Et pourtant, à l’heure où nos limites humaines

Sont acceptées pour le temps de leurs règnes

La paix de tout voir avec l’œil de Bouddha

Se bat dans les recoins pour quelques vieux débats

 

Et, la Tempérance s’éclipse, la tête entre les mains

Prêtresse et Chevalier de Coupe reprennent les armes en main

Nous voilà, dans nos jeux d’Âmes sans cesse novices

Et les concepts anciens reprennent du service

 

C’est Tout et c’est Rien

Des pavés connus sur le chemin

Mais je connais cette boule à l’Âme

Dont la voix bâillonnée fait le drame

 

C’était hier « un Jour, sur la Terre »

Une image de trop qui fait bouillir mes mots

 

Les plus éveillés sont souvent les plus souffrants

Ils réparent en eux des morceaux d’Univers

Cela doit-il les rendre inopérants sur Terre ?

Ou rend-il plus puissante leur prière ?

Et l’Ermite parcoure cet espace savant

 

Si combattre l’Ombre la renforce

Si l’ignorer garde nos forces

Ne s’agit-il pas d’affirmer la Clarté ?

Avec parfois quelques bouts de papier

 

Agir pour notre Terre

N’est-il pas aujourd’hui

Aussi  incontournable qu’hier ?

Accepter quoi et jusqu’où ?

De concilier avec nos maux

De combattre en Soi, partout

Pour contenir cette colère

Qui se transforme en boue amère

Jusqu’où doit-on agir ?

Où le lâcher-prise doit-il intervenir ?

 

C’était hier « Un jour sur la Terre »

Une image des glaces  renverse l’Univers

 

Qu’est-il prévu là-haut que nous fassions ?

Doit-on se Taire à l’unisson ?

Intégrer l’impuissance comme ultime leçon,

Il est des endroits de Nous où nous l’avons expérimentée

Est-il des lieux du Tout, où nous devons la refuser ?

L’extinction des espèces est-elle prévue au programme divin ?

Ou le programme est-il qu’on se retrousse les mains ?

 

Une Tour qui s’effondre : les hommes ont basculé

Quelle Vérité révélée pour les faire Avancer ?

 

C’était hier, « un Jour sur la Terre »

Film de cinq ans passés : qu’est-il advenu ?

 

De la Terre sur laquelle nous avons décidé de passer

Quand les tigres superbes seront-ils revenus ?

Johannesburg et ses débats, Mandela disparu,

Nos élans d’Amour, nos savoirs,

Les  envies de Bonté, la Grâce d’encore Vouloir

Quand seront-ils retenus ?

Quand seront-ils activés ?

Quand pourront-ils régner sur le Grand Échiquier ?

Quand l’Arcane Justice va-t-elle se réveiller ?

 

C’était hier « un Jour sur la Terre »

Un ours blanc mourait sur la banquise

 

La glace se brise, l’ours s’enlise

Encore un coup du Diable et de sa main mise

Je ne crois pas que cela soit de mise

 

La force des hommes retournée contre eux

Ni nouveau, ni original, juste malheureux

Un innocent ignorant tombe en Arctique

Simple  victime du « réchauffement climatique »

Une tâche blanche, seule, épuisée

Un otage de trop, encore un peu d’Éden 

Qui s’en va en poussière, sans le son d’un  Amen 

Et Nous, qui n’avons même pas de tactique

Pour rendre aux animaux leurs domaines

L’égalité qui leur a été dérobée

le juste partage de la scène

la fin des numéros de cirque

le salut de leur royauté

 

Je refuse de conscientiser

D’élégamment penser

Je refuse de ne pas entendre

La seule voix faillible mais vraie 

Celle de Mon Âme d’enfant :

 

« Quelque soit la manière,

Ne devons-nous pas agir

Pour fabriquer sur Terre

Ce qui nous y  fit venir ?

Le goût amer de l’impuissance

Obligé, encore, d’envahir nos sens ?

Sous les renoncements, nous faire, plier ?

Quand nous aspirons à être enfin légers ?

 

Où est la mesure de l’acceptation ?

Dosée entre « j’ai mal aux autres »

Et « ce n’est pas de ma faute »

Où s’arrête l’espace des prévisions ?

Où commencent nos missions ?

Quelles formes ont-elles ?

Quel rôle a-t-on ?

 

Cà m’est égal, totalement

La résonnance parfaite n’est-elle pas

La température de nos cœurs d’enfants

et la prise de conscience de leurs états

 

C’était hier, « Un jour sur la Terre »

Un ours blanc est mort sur la banquise

Mais où s’en va la Terre Promise ?

 

Mon cœur d’enfant ne l’accepte pas

Naïf, démodé, revu et corrigé ?

Qu’importe, il est revenu, il est là

Le « Non » se lève, il n’a pas froid

Le clairon du Jugement

Serait de bon Aloi…

 

Une bougie qui brûle,

Une douleur qui hurle

S’il vous plaît, ne nous arrêtons pas là

Là-haut, ils comptent aussi un peu sur Nous

Je suis sûre que pour Eux :

Nous pouvons faire un pas,

Même celui du Fou « 

 

Cette Arcane en Joker,

Il faut oser le faire…

Ne nous y trompons pas :

C’est un Acte de Foi…

 

 

Katy LAURENCE

Ces textes ne sont pas libres de droits, pour toute utilisation, merci de me contacter.

J’invite Ceux qui lisent ce texte et souhaitent œuvrer en ce sens à rejoindre

 le groupe d’envoi Reiki en faveur de la Nature

et des Animaux tous les Lundis à 21h00.

 

Un Chemin Pré-Cieux

SIRET: 523 991  065 00013

[audio:http://www.unefeealacle.com/reiki/audio/1.mp3|autostart=yes|loop=yes]